Choisis pour leur qualité d’édition, leurs illustrations : des cadeaux de prestige qui resteront en mémoire.
Triez par I GRAVURES encadrées I RELIURES NEUVES de livres brochés I LIVRES D’OR I

Affichage de 1–30 sur 54 résultats

Carte Cadeau

25 100 

 

Choisis pour leur qualité d’édition, leurs illustrations : des cadeaux de prestige qui resteront en mémoire.

 

Offrez à votre bénéficiaire le choix d’une gravure encadrée ou d’une reliure neuve d’un livre broché ancien, avec votre dédicace pour présenter vos intentions dans la durée…

 

 

« Cries of London – La marchande de fraises »

58 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

Eau-forte, 19ème

d’après F. Weathley, peintre anglais mort en 1801

La série qui connut le plus grand succès commercial fut celle des Itinerant Trades of London (1796) de Francis Wheatley, d’abord présentée au public sous forme de petits tableaux dans plusieurs expositions de la Royal Academy. Ces images pleines de bons sentiments illustrent un désir de consensus social et gomment toutes les tensions qui se faisaient jour chez Sandby et Rowlandson au 18ème siècle.

 

L’eau-forte est un procédé de taille indirecte (par morsure du métal par un acide), par opposition à la taille directe (à l’aide d’outils, tels burin ou pointe sèche). « En un sens général, l’eau-forte, qui est à la fois le procédé, la gravure sur métal et l’estampe obtenue par cette gravure, s’oppose aux autres procédés de taille-douce (ou gravure en creux), exécutés aux outils (burin, pointe sèche, manière noire).

 

 

 

« Cries of London – Le marchand de pain d’épices »

58 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

 

Eau-forte 19ème

d’après F. Weathley, peintre anglais mort en 1801

La série qui connut le plus grand succès commercial fut celle des Itinerant Trades of London (1796) de Francis Wheatley, d’abord présentée au public sous forme de petits tableaux dans plusieurs expositions de la Royal Academy. Ces images pleines de bons sentiments illustrent un désir de consensus social et gomment toutes les tensions qui se faisaient jour chez Sandby et Rowlandson au 18ème siècle.

 

L’eau-forte est un procédé de taille indirecte (par morsure du métal par un acide), par opposition à la taille directe (à l’aide d’outils, tels burin ou pointe sèche). « En un sens général, l’eau-forte, qui est à la fois le procédé, la gravure sur métal et l’estampe obtenue par cette gravure, s’oppose aux autres procédés de taille-douce (ou gravure en creux), exécutés aux outils (burin, pointe sèche, manière noire).

 

« Rouen – Église Saint Ouen »

88 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

 

Aquatinte 20 ème

 

L’aquatinte ou aquateinte est un procédé de gravure à l’eau-forte. Ce procédé consiste à recouvrir une plaque de métal d’une couche de poudre protectrice plus ou moins dense, puis à la plonger dans un bassin d’acide. Elle permet, grâce à l’utilisation de fines particules de résine (colophane ou bitume) saupoudrées puis chauffées, d’obtenir une surface composée de points plutôt que de traits par lesquels on obtient différentes tonalités de couleur.

 

« Rouen – Rue Saint Romain »

88 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

 

Aquatinte 20 ème

 

L’aquatinte ou aquateinte est un procédé de gravure à l’eau-forte. Ce procédé consiste à recouvrir une plaque de métal d’une couche de poudre protectrice plus ou moins dense, puis à la plonger dans un bassin d’acide. Elle permet, grâce à l’utilisation de fines particules de résine (colophane ou bitume) saupoudrées puis chauffées, d’obtenir une surface composée de points plutôt que de traits par lesquels on obtient différentes tonalités de couleur.

« Kursalee a village in the Himalaya mountains »

138 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

Eau-forte, 1837
Par Charles Bentley (1806-1854), peintre graveur Anglais

 

Extraite du livre Views in India, chiefly among the Himalaya mountains, de George Francis White

« Ce village qui culmine à 2400 mètres, est l’un des plus grands que l’on trouve habituellement dans l’Himalaya. Il comprend au moins une population de près de trois cents personnes. Il est entouré d’un amphithéâtre de montagnes. On y accède par une route extrêmement raide et accidentée. Kursalee est un endroit non seulement d’une grande beauté, mais aussi abondamment cultivé, bien boisé avec des arbres fruitiers luxuriants. »

Ed. by Emma Roberts en 1837.

 

L’eau-forte est un procédé de taille indirecte (par morsure du métal par un acide), par opposition à la taille directe (à l’aide d’outils, tels burin ou pointe sèche). « En un sens général, l’eau-forte, qui est à la fois le procédé, la gravure sur métal et l’estampe obtenue par cette gravure, s’oppose aux autres procédés de taille-douce (ou gravure en creux), exécutés aux outils (burin, pointe sèche, manière noire).

« Jeune fille au chat »

138 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

Eau-forte, 1849
Par Tony Johannot (1803-1852)

Antoine Johannot, dit Tony Johannot, né en Allemagne en 1803 et mort à Paris en 1852, est un graveur, illustrateur et peintre français.

Il fut un illustrateur des plus recherchés, du fait de l’élégance, de la diversité, du caractère vivant de ses dessins.

Il commence au Salon en 1827 et y expose jusqu’à sa mort.

 

L’eau-forte est un procédé de taille indirecte (par morsure du métal par un acide), par opposition à la taille directe (à l’aide d’outils, tels burin ou pointe sèche). « En un sens général, l’eau-forte, qui est à la fois le procédé, la gravure sur métal et l’estampe obtenue par cette gravure, s’oppose aux autres procédés de taille-douce (ou gravure en creux), exécutés aux outils (burin, pointe sèche, manière noire).

 

« Jardin du château »

138 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

 

Aquatinte, 20 ème

 

 

L’aquatinte ou aquateinte est un procédé de gravure à l’eau-forte. Ce procédé consiste à recouvrir une plaque de métal d’une couche de poudre protectrice plus ou moins dense, puis à la plonger dans un bassin d’acide. Elle permet, grâce à l’utilisation de fines particules de résine (colophane ou bitume) saupoudrées puis chauffées, d’obtenir une surface composée de points plutôt que de traits par lesquels on obtient différentes tonalités de couleur.

 

« Hurdwar—The gate of Hari, or Vishnoo »

138 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

Eau-forte, 1858
dessinée par J D Harding d’après un dessin réalisé sur place par le capitaine R Elliot R. N.
gravé par E J Havell.

 

Une vue de Hurdwar (Haridwar, Hardwar) montrant la porte de Hari ou Vishnu et le Gange.

C’est un lieu important du culte hindou. Pour le pèlerinage annuel un grand nombre de personnes viennent de toutes les régions de l’Inde. Tous les 12 ans, se déroule le Kumbh Mela qui attire encore plus de monde.

Extraite de :

L’Empire Indien par R. Montgomery Martin

Edité par The London Printing and Publishing Company-Limited, Londres.

 

 

L’eau-forte est un procédé de taille indirecte (par morsure du métal par un acide), par opposition à la taille directe (à l’aide d’outils, tels burin ou pointe sèche). « En un sens général, l’eau-forte, qui est à la fois le procédé, la gravure sur métal et l’estampe obtenue par cette gravure, s’oppose aux autres procédés de taille-douce (ou gravure en creux), exécutés aux outils (burin, pointe sèche, manière noire).

« Diligence »

138 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

 

Aquatinte

 

L’aquatinte ou aquateinte est un procédé de gravure à l’eau-forte. Ce procédé consiste à recouvrir une plaque de métal d’une couche de poudre protectrice plus ou moins dense, puis à la plonger dans un bassin d’acide. Elle permet, grâce à l’utilisation de fines particules de résine (colophane ou bitume) saupoudrées puis chauffées, d’obtenir une surface composée de points plutôt que de traits par lesquels on obtient différentes tonalités de couleur.

« Bruges »

138 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

Eau-forte, 20ème

 

L’eau-forte est un procédé de taille indirecte (par morsure du métal par un acide), par opposition à la taille directe (à l’aide d’outils, tels burin ou pointe sèche). « En un sens général, l’eau-forte, qui est à la fois le procédé, la gravure sur métal et l’estampe obtenue par cette gravure, s’oppose aux autres procédés de taille-douce (ou gravure en creux), exécutés aux outils (burin, pointe sèche, manière noire).

« Bouquiniste du bord de Seine »

138 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

Aquatinte, 20ème

 

L’aquatinte ou aquateinte est un procédé de gravure à l’eau-forte. Ce procédé consiste à recouvrir une plaque de métal d’une couche de poudre protectrice plus ou moins dense, puis à la plonger dans un bassin d’acide. Elle permet, grâce à l’utilisation de fines particules de résine (colophane ou bitume) saupoudrées puis chauffées, d’obtenir une surface composée de points plutôt que de traits par lesquels on obtient différentes tonalités de couleur.

« Église près du canal »

158 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

 

Aquatinte, 20 ème

  • Montage : « Paquet  » avec carton de fond pur coton + passe-partout de conservation, neutres chimiquement, le tout serti avec un ruban aluminium.
  • L’encadrement peut être exposé tel quel ou recevoir une moulure.

L’aquatinte ou aquateinte est un procédé de gravure à l’eau-forte. Ce procédé consiste à recouvrir une plaque de métal d’une couche de poudre protectrice plus ou moins dense, puis à la plonger dans un bassin d’acide. Elle permet, grâce à l’utilisation de fines particules de résine (colophane ou bitume) saupoudrées puis chauffées, d’obtenir une surface composée de points plutôt que de traits par lesquels on obtient différentes tonalités de couleur.

 

 

« Lac »

208 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

Aquatinte, 20ème

 

L’aquatinte ou aquateinte est un procédé de gravure à l’eau-forte. Ce procédé consiste à recouvrir une plaque de métal d’une couche de poudre protectrice plus ou moins dense, puis à la plonger dans un bassin d’acide. Elle permet, grâce à l’utilisation de fines particules de résine (colophane ou bitume) saupoudrées puis chauffées, d’obtenir une surface composée de points plutôt que de traits par lesquels on obtient différentes tonalités de couleur.

« Bataille »

208 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

 

Eau-forte sur papier vergé.
(17ème ?)

 

 

L’eau-forte est un procédé de taille indirecte (par morsure du métal par un acide), par opposition à la taille directe (à l’aide d’outils, tels burin ou pointe sèche). « En un sens général, l’eau-forte, qui est à la fois le procédé, la gravure sur métal et l’estampe obtenue par cette gravure, s’oppose aux autres procédés de taille-douce (ou gravure en creux), exécutés aux outils (burin, pointe sèche, manière noire).

DE MUSSET / « Mimi Pinson »

251 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1906.
Auteur Alfred de Musset, illustrations de V. Bocchino, gravées par Romagnol
Editons Alphonse Lemerre, Paris, collection Lemerre illustrée.

DE HEREDIA / « La nonne Alferez »

251 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1894.
Auteur José-Maria de Heredia, illustrations Daniel Vierge, gravées par Privat-Richard

Editons Alphonse Lemerre, Paris, collection Lemerre illustrée.

 

RITTER / « Myrtis et Korina »

273 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1898.
Auteur William Ritter, illustrations A. Calbert

Editions Librairie Borel, Paris, collection Lotus Alba.

 

SOLDANELLE / « Bérénice de Judée »

273 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1898
Auteur Soldanelle, illustrations A. Calbert et L. Marold

Editions Librairie Borel, Paris, collection Lotus Alba

HALLACK / « Sélina »

278 

RELIURE NEUVE d’un livre broché ancien
Auteur Cecily Hallack (1898-1938), illustrations de Robin,

Editions Desclée de Brouwer, Paris

DICKENS / « Chant de Noël »

287 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1869.
Auteur Charles Dickens, traduction Claude Therni, 17 illustrations de R. Placeck

Editions Glomeau, collection « Cabinet du bibliophile »,

« Église de Saint-Thégonnec »

288 

ŒUVRE MONTÉE AVEC UN ENCADREMENT DE CONSERVATION

Lithographie  1858
Lalaisse, François-Hippolyte (1812-1884). Lithographe

Élève de Charlet dès 1830, il prend la suite de celui-ci à l’école Polytechnique, en tant que professeur de dessin.

 

Gravure extraite de «  Galerie armoricaine, costumes et vues pittoresques de la Bretagne » qu’il réalisa à la demande de Charpentier père fils & Cie Editeurs à Nantes.

 

 

La lithographie (du grec lithos, « pierre » et graphein, « écrire ») est une technique d’impression qui permet la création et la reproduction à de multiples exemplaires d’un tracé exécuté à l’encre ou au crayon sur une pierre calcaire. Inventée par Aloys Senefelder, à partir de 1796, en Allemagne, elle a été définitivement mise au point dans les premières années du XIXe siècle.

 

Livre d’or / « Chanvre-Lin »

300 

LIVRE D’OR PRESTIGE.
papier artisanal de lin et reliure de création.

 

Reliure Bradel : cahiers cousus.
Dos en papier de chanvre artisanal. Plats en papier lin ocre jaune et inclusions de fougère.
Pages intérieures en papier artisanal pur lin cep de vigne brossé (gris clair moucheté) , avec ses barbes, optimisé pour l’écriture et l’aquarelle.
Signature atelier de reliure du Moulin de Kereon en dernière garde.

 

 

BEAUDELAIRE / « Petits poèmes en prose »

301 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1927.
Auteur Charles Beaudelaire,
Éditions Jules Tallandier, Paris, collection des Belles œuvres littéraires,

COLETTE / « Le voyage égoïste »

319 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1931.
Auteur Colette
Editions Bernard Grasset, Paris.

TOLSTOI / « La sonate à Kreutzer »

324 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1922.
Auteur Tolstoï
Éditions Crès et cie, Paris, collection « Les maîtres du livre,

POTHEY / « La muette »

324 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1870.
Auteur Alexandre Pothey, illustrations par Daumier, Monnier, Bin, Bachelin, Dansaert, Berthon, Blanc-Fontaine, Le Pippre, Berthon, Schneider, Deloye, Cremer, Taiée, gravures de Gillot et Comte
Editions Paul Daffis, Paris

DE NERVAL / « Sylvie »

345 

RELIURE NEUVE d’un livre broché de 1919.
Auteur Gérard de Nerval,  bois originaux de P.E. Vibert
Editions Crès et cie, Paris, Georg et cie Genève.

Livre d’or / « La vague »

350 

LIVRE D’OR PRESTIGE
papier artisanal de lin et reliure de création

 

Reliure traditionnelle : cahiers cousus, passage carton.
Dos en cuir de poisson (julienne). Plats à décors : julienne, lin avec ana, osmonde royale, ocre.
Pages intérieures en papier artisanal pur lin avec ses barbes (optimisé pour l’écriture et l’aquarelle).
Signature atelier de reliure du Moulin de Kereon en dernière garde.